Ilot Fleurie

C’était en juillet 1991, Saint-Roch n’en finissait plus de mourir. À l’ombre des taudis de la côtes d’Abraham, à l’intersection des rues St-Vallier Est et Fleurie, trois hommes s’emparent d’un terrain vague appartenant à la ville. Là où les politiciens avaient semé le doute, ils plantent des fleurs, installent une sculpture. Petit geste symbolique réprimandé à ses premières heures par les autorités, l’initiative prend très vite des proportions insoupçonnées.

Encouragés par un animateur de radio, des gens de tous les milieux empoignent pelles, rateaux et brouettes tandis que des entreprises privées venues d’aussi loin que L’Islet-sur-Mer font don des matériaux nécessaires à la réalisation de ce qui allait devenir la belle histoire de l’Ilôt Fleurie. « C’est une opération au cœur de la ville, à ciel ouvert », me dit calmement Fortier, à genoux, les deux mains dans la terre. En trois semaines, le quartier Saint-Roch retrouvera une partie de sa dignité. Ne pouvant plus nier la portée du geste des citoyens, à la mi-août, la ville de Québec faisait l’installation d’une glissage et de balançoires. « Il était tout à fait légitime pour les gens du milieu d’aspirer à une meilleure qualité de vie » reconnaîtra plus tard le maire de Québec, Jean-Paul L’Allier.

Ce qui ne devait être qu’un geste éphémère dure toujours. Il y a eu le symposium de peinture « plywood stock » de 1993, le symposium de sculpture « Émergence » de 1994, le « sky art » d’Otto Piene et le « land art » de Bill Vazan en 1996. Sur le site de l’Ilôt Fleurie, les sculptures d’Armand Robitaille, Henry Saxe, Don Darby et Irénée Lemieux montent la garde.

Entre deux allées de pétanque et un immense jardin communautaire, un atelier à ciel ouvert, des artistes, des enfants, des rêveurs… Pendant cinq ans, Fortier s’investie dans la réalisation de cette œuvre collective. Denise, sa femme, l’accompagne et deviendra, pour le meilleur et pour le pire, la marraine de l’Ilôt Fleurie. À la fin des années 90, l’Ilôt Fleurie sera déménagé sous les Bretelle d’accès de l’autoroute Dufferin-Montmorency pour faire place à un complexe d’habitation.

Ilot Fleurie Jardin Communautaire
Jardin Communautaire Circa 1994 Louis Fortier, Collection personnelle.
Jardin Saint-Roch
Parc Saint-Roch Circa 1994 Louis Fortier, Collection personnelle.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :