« land art » de Bill Vazan

Obscure, collectif d’artistes multidisciplinaire, membre de Méduse et le Groupe d’animation de l’Îlot Fleurie s’unissent pour organiser à Québec un événement d’envergure, le « land art » de l’été 1996. Bill Vazan, un sculpteur de renommée internationale, travaillera une pierre de granite de 14-15 tonnes directement sur le site de l’Îlot Fleurie du 22 juillet au 9 août 1996, à l’angle de la rue de la Chapelle et de Saint-Vallier Est. On construira un abri autour de la pierre afin que le sable utilisé pour graver le granite ne se disperse dans le quartier.

L’oeuvre, intitulée le « Prédateur », représente deux espèces primitives: le système limbique de l’être humain et le granite, première matière de la planète. Le titre de l’oeuvre prend son inspiration du film « Le Prédateur » de 1987, mettant en vedette d’Arnold Schwarzenegger, à cause que la représentation du système limbique sur la pierre est comme « un système arraché d’un corps ». Vazan a fait une pierre qui réprésente le « chemin du sang dans le corps », un hommage à sa fille qui a subi une opération au coeur. Le « Prédateur » continue dans ce même thème, soit l’exploration du corps humain.

Cette oeuvre a été dévoilée officiellement le 9 août 1996 par Mme Nancy St-Hilaire, relationniste de l’Îlot Fleurie, Mme Louise Bourdon, porte-parole de l’Îlot Fleurie, M. Bill Vazan, sculpteur professionnel et M. Jean-Paul L’Allier, maire de la Ville de Québec.

Dépliant promotionnel des événements « sky art » d’Otto Piene et « land art » de Bill Vazan.

Dévoilement de l’oeuvre le « Prédateur » de Bill Vazan, le 9 août 1996 à l’Îlot Fleurie

Transcription de la vidéo

00:01 Nancy St-Hilaire (Relationniste): Alors je vous souhaite la bienvenue tout le monde à l’îlot Fleurie. Je me présente, Nancy St-Hilaire, relationniste. C’est un plaisir de vous accueillir ici aujourd’hui, pour la cérémonie officielle de dévoilement de la sculpture de M. Bill Vazan. Pour l’occasion, laissez-moi vous présenter nos invités(es) d’honneur: M. Jean-Paul L’Allier maire de Québec, M. Bill Vazan qui rassemble aujourd’hui avec son oeuvre qui est ici au centre et Mme Louise Bourdon membre du conseil d’administration et représentante de l’îlot Fleurie. J’inviterais maintenant Mme Louise Bourdon à prendre la parole au nom de notre président (de l’îlot Fleurie), M. Marcel Landry, qui est malheureusement absent.

01:01 Louise Bourdon: Bonjour et merci Mme St-Hilaire. C’est avec un grand plaisir que l’îlot Fleurie vous accueille aujourd’hui. Nous sommes très fiers de recevoir M. Bill Vazan, artiste de grand renom dans les pratiques du « Land Art ». En effet, sa réalisation a consolidé la vocation artistique de l’îlot Fleurie et nous sommes rassemblés ici pour être les témoins du dévoilement d’une oeuvre majeure, qui sera permanente. Ainsi le grand public et les enfants de Saint-Roch, pourront être en contact avec l’art contemporain. J’invite également chacun de vous à redécouvrir à travers ses nouveaux sentiers aménagés, le seul parc de sculptures à Québec comptant plus de 25 oeuvres originales de grandes dimensions. Vous ne pouvez manquer le magnifique jardin communautaire, qui s’est prolongé jusqu’à sa phase finale. Près de la roulotte se trouve le chantier de sculpture, où de nouvelles créations naissent chaque été. Unique par sa philosophie, l’îlot Fleurie regorge de beauté. Beauté transportée par la main d’un peintre, d’un sculpteur professionnel ou de la relève d’une poignée de terre et de graines, par le souffle des bénévoles ou par le rire des enfants se balançant. Encore cette année, une nouvelle explosion de splendeur est à la portée de tous et quelques soit le milieu de provenance de chacun. Au nom du groupe d’animation de l’îlot Fleurie, bravo pour votre travail et merci Bill Vazan! De même, merci à M. le maire de la reconnaissance des arts que vous nous témoignez par votre appui. Merci.

02:59 Applaudissements.

03:04 Nancy St-Hilaire (Relationniste): Merci Mme Bourdon. J’invite maintenant M. Jean-Paul L’Allier, maire de la ville de Québec, à se joindre à Mme Bourdon pour procéder conjointement au dévoilement de la sculpture tant attendue de nos yeux. Je vous invite également à prendre des photos.

03:48 Sculpture de M. Vazan dévoilée et applaudissement de la foule.

03:57 Alors merci Madame Bourdon et M. L’Allier. J’inviterais maintenant le sculpteur, M. Bill Vazan, à exprimer en quelques mots ce qu’il a voulu exprimer avec la matière.

04:09 Bill Vazan (Sculpteur): Merci Nancy. Est-ce tout le monde peut m’entendre? Il fait chaud aujourd’hui. Ici avec cette pièce, j’ai voulu exprimer/montrer par dessin deux espèces primitives: celle de l’homme et le système limbique avec la première matière de notre planète, le granite. Vous avez ici une coupe dans le cerveau de l’être humain et de ce côté là on peut voir au centre le système limbique et après une descente par la tige cérébrale qui tourne et qui devient de ce côté ici le réseau des nerfs dans le corps humain. Humm, qu’est-ce que je peux dire pour ajouter à tout ça? Simplement que ça a pris beaucoup de temps, beaucoup d’efforts. Et je dois aussi dire que je suis très reconnaissant de l’îlot Fleurie et les organisateurs de m’avoir invité pour faire cette oeuvre ici. Je parle de M. Louis Fortier, M. Don Darby, les commanditaires, la ville et aussi le maire Jean-Paul L’Allier – tout le monde! Comme pour les autres artistes, je suis d’avis qu’il faut laisser les oeuvres parler aux gens. Je vous laisse donc l’objet, en espérant qu’il vous plaît. Merci!

05:50 Applaudissements.

05:57 Bill Vazan (Sculpteur): On me demande qu’est-ce que ça veut dire le Prédateur (le titre de l’oeuvre). J’aime aussi une touche de science-fiction avec mes oeuvres et vous avez ici comme un système arraché d’un corps, ce qui m’a remémoré de ce film d’Arnold Schwarzenegger, le Prédateur, qui est arrivé ici je pense il y a cinq ans ou dix ans. Il y a donc une touche de ça et je voulais aussi ajouter ça comme étude pour ce projet-ci.

06:36 Applaudissements.

06:40 Bill Vazan (Sculpteur): D’autres questions? Existe-t-il d’autres sculpteurs comme celle-ci? Oui, celle qu’on a ici c’est une pierre d’environ 14-15 tonnes en granite. Il y en a une autre devant le Musée de Québec, je pense qu’elle a environ 6-7 tonnes. D’autres à Montréal, à Rivière-des-Prairies, à la ville de Lachine, d’autres qui s’en viennent ici. C’est toujours une possibilité, mais j’attends l’invitation de M. Louis Fortier et le groupe l’îlot Fleurie. Peut-être ça arrivera ici ou ailleurs dans la ville, je suis toujours ouvert pour ces propositions bien sûr.

07:30 Personne dans la foule: Combien d’heures de travail?

07:32 Bill Vazan (Sculpteur): Ça m’a pris presque deux semaines et si on ajoute toutes les heures consacrées pour le travail, c’est plutôt 90 heures. C’est seulement mon travail, sans le travail et le support que j’avais des assistants ici (à l’îlot Fleurie). Ça ne compte pas non plus le temps pour aller chercher, faire une sélection des pierres dans une carrière ou une sablière. Je crois que dans ce cas-ci, c’est la sablière Drapeau tout près d’ici à Québec. Après, il faut le transport par camion et le groupe pour placer la pierre ici.

08:08 Personne dans la foule: Pourquoi avez-vous placé cette oeuvre ici (angle rue de La Chapelle et rue de Saint-Vallier Est)?

08:10 Bill Vazan (Sculpteur): On a placé ici parce que vous avez un coin qui donne beaucoup de perspective pour tout le monde. On peut la voir depuis la descente d’escalier et de toutes les rues dans ce coin-ci.

08:22 Personne dans la foule: Est-ce que la conception de la pièce a été faite en fonction de

08:28 Bill Vazan (Sculpteur): Le concept de… humm… non. C’est plutôt une décision esthétique. J’aime travailler avec les systèmes de réseau, les lignes inter-mêlées et inter-lacées, et…hum.. je viens de faire dernièrement une autre pierre qui rend hommage à ma fille, qui a subi une opération du coeur dernièrement et cette pierre était basée sur l’idée de faire un dessin qui montrait la circulation du sang. Mais cette fois-ci j’ai décidé, parce que le monde a aimé cette pierre, de continuer l’exploration dans le corps humain et cette fois-ci j’ai décidé de le faire avec le système nerveux. J’avais en tête une idée générale avant d’arriver ici et quand j’ai vu la pierre, ça m’a convaincu de continuer avec cette possibilité.

09:24 Personne dans la foule: Avez-vous travaillé ici?

09:26  Bill Vazan (Sculpteur): On a travaillé ici sur place. Ça cause un peu d’ennuis, mais pas beaucoup. Surtout que j’allais être ici seulement pour quelques jours pour faire l’oeuvre. On a construit un abri autour pour prévenir que le sable aille partout.

09:44 Personne dans la foule: M. Vazan, vous avez d’autres sculptures à part en Ontario et au Québec?

09:50 Bill Vazan (Sculpteur): J’ai quelques sculptures comme ça, une au musée des beaux arts du Canada à Ottawa. Plusieurs à Toronto et aussi à London en Ontario. Plusieurs autour de Montréal et dans Montréal et aussi une grande à Séoul, en Corée, parce qu’on m’avait invité pour faire une sculpture, je crois que c’est 3 fois plus grand que celle-ci, pour les jeux Olympiques de 1988. J’en ai une autre dans la ville de Prague, la République tchèque et aussi une autre en Israël tout près de la frontière avec le Lyban. J’espère que cette dernière est toujours là, car c’est à seulement quelques mètres de la frontière et on ne sait pas ce qui peut arriver.

10:45 Personne dans la foule: Comment l’oeuvre est-elle fixée?

10:50 Bill Vazan (Sculpteur): Comment est-ce fixé? Simplement par la gravité. Comme nous sommes fixés sur la planète, la pierre est fixée de la même manière. Mais lorsque vous avez 15 tonnes, ça reste. Sauf peut-être si on a une inondation comme on a eu dernière au Saguenay (1995), peut-être que ça va déplacer, mais pour le moment ça ne risque pas de bouger.

11:15 Personne dans la foule: Quels outils avez-vous utilisés pour faire cette oeuvre?

11:18 Bill Vazan (Sculpteur): Pour faire ces lignes c’est le même système qu’on utilise pour fabriquer les pierres tombales. C’est par le système de jet de sable. Bien sûr, j’ai modifié le système pour que ce soit productif et c’est fait plutôt sans les gabarits et je décide chaque jour où remplacer et creuser les lignes.

11:49 Personne dans la foule: Vous dessinez directement sur la pierre?

11:51 Bill Vazan (Sculpteur): C’est ça. Je dessine avec le crayon-feutre avant que je grave avec le jet de sable.

11:58 Personne dans la foule: Où sera le prochain de projet de sculpture? Au Québec, au Canada ou ailleurs dans le monde?

12:04 Bill Vazan (Sculpteur): Je ne sais pas pour le moment. D’habitude je travaille sur ce genre d’oeuvre pendant les mois d’été parce que ça prend beaucoup d’espace à l’extérieur pour les faire. Surement que j’aurai d’autres projets sur mon terrain, c’est un terrain en plein air tout près de Kingston en Ontario. Je vais continuer avec d’autres oeuvres là-bas sur mon terrain en mai prochain. C’était assez, ok! Comme j’ai dit, maintenant c’est l’oeuvre qui vous parle!

12:52 Applaudissements.

13:01 Nancy St-Hilaire (Relationniste): Merci M. Vazan. Nous pouvons maintenant mieux comprendre votre oeuvre grâce à vos propos. C’est un grand honneur pour nous de l’avoir ici présent aujourd’hui, je l’invite donc à nous livrer son message, M. le maire Jean-Paul L’Allier.

13:16 Applaudissements.

13:20 Jean-Paul L’Allier (maire de Québec): Mon message sera très bref, d’abord pour dire la satisfaction que la ville a d’accueillir M. Vazan ici. Lorsque Louis Fortier m’a téléphoné, un peu en S.O.S. en me disant « écoute il faut que la ville fasse quelque chose sinon on ne pourra pas l’avoir (M. Vazan) », je vous cache pas qu’on a pas eu le temps de former un comité parce que j’ai beaucoup d’estime pour Louis et pour ce qu’il fait ici et nous avons pris la décision dans la demi-heure de l’aider et à la hauteur de ce qu’il a demandé. Alors je ne voudrais pas ici dire que c’est la ville qui est responsable de ce projet, ce n’est pas le cas. Ce qui se passe ici depuis quelques années, ça se passe parce qu’il y a des gens comme Louis Fortier et d’autres qui ont cru à ce qu’ils font et parce qu’il y a aussi des jeunes dans le quartier qui prennent en main ce quartier. Tout ce qu’on peut dire comme élue, comme citoyen de Québec, c’est qu’on est fier de ces gens-là et qu’on va les appuyer dans toute la mesure que ce qu’on peut faire pour qu’ils puissent poursuivre leur travail, à la fois de décapage du quartier, de renouvellement du quartier, de réhabilitation du quartier et que nous, au niveau municipal, on va faire de notre côté notre travail. Merci et félicitations à ceux qui sont ici aujourd’hui pour en être témoins, mais en même temps je soupçonne que tous êtes non seulement témoins, mais artisans de ce qui se passe. Félicitations!

14:40 Applaudissements.

14:49 Nancy St-Hilaire (Relationniste): Merci M. L’Allier. Alors j’aimerais vous rappeler que dans les pochettes presse qui vous ont été remises, il y a un communiqué de presse, il y a aussi le scénario du dévoilement et les coordonnées de M. Vazan. Alors je remercie M. Vazan d’être venu, Mme Bourdon et M. L’Allier. Je remercie aussi nos commanditaires, sans qui un tel événement n’aurait pas pu être possible: la Ville de Québec, Obscure, FM93, L’Abraham Martin, le CRÉEQ, Planète Air, la Caisse Desjardins d’économie des Travailleurs et des Travailleuses de Québec, le syndicat des professionnels et professionnelles du gouvernement du Québec, Outils Pierre, Sablière Drapeau, Fourmies papillons, Cantin et fils, Équipements LAV, les Entreprises PEB, le collège O’Sullivan de Québec, l’hôtel le Ramada, l’Impasse des 2 anges, le café du Clocher Penché, le restaurant Li’An, le café Vienne, Mino et associés, Lépine Cloutier, les Copies de la Capitale et M. André Gaulin le député de Taschereau et bien entendu les travaux compensatoires qui fournissent des heures.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :